Membres

samedi 2 octobre 2010

l'adieu à mon ami Rafi

Colibri, je peux envoyer ces fleurs pour Rafi, tu crois qu'il les aimera de là où il est maintenant ?
Colibri : "Bien sûr, mon petit Zeb, je suis sûre que Rafi serait très heureux de recevoir ce joli bouquet plein de couleurs, si tu le lui envoies avec le coeur, et même si, là où il est maintenant, tout doit être très lumineux et plein de joie sans fin qu'il partage désormais avec ses vieux frères et ses potes disparus avant lui, qui l'attendaient pourtant sans impatience du tout..." 
Chipie : "Moi, je sais ce qui fera plaisir à Rafi, un petit mulot, que dis-je, une grosse souris comme il savait les attraper... Je m'en vais tout de suite en chasse pour toi, Rafi..., je n'oublierai pas de te l'apporter quand je te retrouverai dans le beau paradis des chats, gardez-moi une petite place... Mais ne soyez pas pressés, hein, je ne veux faire de peine à Colibri que le plus tard possible, elle est tellement sensible, même si elle ne le montre pas...".
Voilà, mon petit Rafi, tu vas nous manquer, au Kali's club... Je suis trop triste pour faire un long billet. Alors je vous dis à bientôt, les amis...
... et vous comprendrez que je n'ai pas envie de faire risette aujourd'hui, même s'IL me le demande gentiment...

11 commentaires:

  1. Mon petit Zeb, on est tous tristes pour le gentil Rafi, pour Kali et Charlie, pour Norma et Toti... T'as pas intérêt à me faire faux-bond de sitôt, hein, tu vois dans quel état on est, nous, les Humains, quand vous nous faites de si mauvaises farces !

    RépondreSupprimer
  2. Oh oui, Zeb et Chipie, restez encore longtemps avec votre Colibri, il faut voir dans quel état est notre Norma et même son IL, qui ne le montre pas, mais qui est devenu tout taciturne...

    En tout cas, mes amis, ce billet nous bouleverse, Norma pleure, moi je retrousse mon petit museau et Charlie fait le gros dos dans son coin...
    C'est vraiment adorable d'avoir fait ça pour notre frère, vous êtes vraiment des copains pour la vie !
    Je vous remercie vraiment et je vous fais le plus gros kalin du monde, à vous deux et à votre Colibri
    Votre amie Kali

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connaissais pas Rafi...mais je me sens toute triste, moi.....
    Miette

    RépondreSupprimer
  4. Ah non, Norma, si tu dis que tu pleures, Colibri va faire pareil, et, en plus, elle va aller se cacher pour ce faire, car on lui disait, petite, "on ne pleure pas, il faut affronter l'adversité sans broncher..." ! Allez, je te fais une grosse léchouille pour sécher tes larmes... Dis à ton IL que ça fait du bien, quelquefois, de pleurer...
    Zeb

    RépondreSupprimer
  5. Jolie Miette, tu es adorable de partager notre tristesse aujourd'hui... Si ton ELLE a le temps, dis lui de t'inscrire au Kali's club, on est une joyeuse bande de potes, petits, grands, jeunes, vieux, tous beaux et égaux, on s'y amuse bien ! De temps en temps, on est tristes, comme aujourd'hui... Mais c'est la vie, et elle continue avec ou sans nos chers amis... Je te fais un gros câlimiaousss.
    Zeb

    RépondreSupprimer
  6. toute la tribu est en deuil pour le douce rafi
    teja et paola avec tous les chats, les chiens , les chèvres et les tortuews de la maison

    RépondreSupprimer
  7. qui a perdu un chat a perdu un trésor incommensurable

    RépondreSupprimer
  8. Oui, Paola, je suis d'accord avec toi, je suis un trésor, ELLE m'appelle la prunelle de ses yeux, sauf que je ne sais pas combien elle a de prunelles..., je crois qu'elle dit ça pour tous ses chats ! M'enfin, je ne suis pas jaloux, elle dit que je suis unique, mais je crois bien que chacun de nous est unique, comme le chagrin que nous laissons derrière nous, à chaque fois...
    Salut Teja, vous avez la chance d'avoir une vraie ménagerie pour jouer avec vous. Ici, on a une souris, une tortue, une araignée... en peluche !!! Ciao, ciao, les potes !
    Zeb

    RépondreSupprimer
  9. Voici ma nouvelle blogue poéthique...

    Poésie étrangère

    Et, toujours :

    Sur le pont d'Avignon. Le coup frappa l'enfant à la mâchoire. Il resta debout. Souriant. Le tireur: rien. Le fusil: aucun. Et il y avait cette aube et ce soir pleins des expectations les plus brillantes.

    Poétudes

    S'il vous plait...

    - Peter Ingestad, Sverige

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Peter ! Tout ceux qui écrivent de la poésie sont les bienvenus chez moi ! J'aime ces "aube et soir" où les attentes s'étirent dans la lumière des étoiles... A bientôt !
    Colibri

    RépondreSupprimer